Le combat des commerces contre la pandémie​

Article de blogue - Le combat des commerces en pandémie

Entre survivants, conquérants et guerriers, les commerces ont dû faire preuve de créativité et de résilience pour rester jusqu’au dernier round d’affrontement. Pendant la première vague, on a assisté au déclin des points de vente physiques avec la fermeture des commerces non essentiels. Pendant la deuxième, on a pu constater le ralentissement des dépenses des consommateurs au désavantage du chiffre d’affaires des commerces. Malgré cette période sombre, certains ont su briller par leurs efforts d’adaptation. L’Agence Bunji est allée à la rencontre de quatre entreprises pour mettre en lumière leur lutte contre la pandémie.

La star du combat​

La Boîte à Vins fait partie des rares entreprises qui ont tiré leur épingle du jeu dans ce contexte difficile. Moins d’un an avant que la pandémie plonge dans le noir l’économie du Québec, la Boîte à Vins a vu le jour: une épicerie fine qui promeut l’achat local et les vins du Québec, en voilà un service qui s’accordent parfaitement avec les tendances du confinement. « Environ le quart des personnes qui consomment de l’alcool rapportent avoir augmenté leur consommation [pendant la pandémie] », annonçait le rapport de juillet 2020 de l’Institut national de santé publique du Québec

Image Facebook de la Boîte à Vins
Louis-Philippe Mercier, sommelier spécialiste des vins du Québec

Patrice Bray, directeur général de la Boîte à Vins, exprime son enthousiasme d’avoir vu ses « ventes en ligne exploser de 2 000 % depuis le début de la pandémie. Le Conseil des vins du Québec (CVQ) et les vignerons de la province ressentent eux aussi les effets positifs de cette augmentation […] ». En faisant découvrir des produits viticoles québécois, le directeur général se dit privilégié de pouvoir « aider la démocratisation du vin du Québec ». Encourager local, c’est participer à la découverte de petites productions qui ne sont pas représentées à la SAQ mais qui mérite tout autant l’attention du public. 

Si les séances de dégustation de vins et fromages font partie du modèle d’affaire de la Boîte à Vins, la possibilité de poursuivre ces activités en ligne ont permis de sécuriser ce revenu. Les dégustations virtuelles jumelées à la livraison à domicile de même qu’une présence soutenue sur les réseaux sociaux ne sont que certaines mesures dignes de la capacité de l’entreprise à s’adapter pour rebondir. D’ailleurs, la page Facebook de la Boîte à Vins est l’exemple parfait d’une gestion de la communauté efficace à l’engagement représentatifs des efforts marketing.

Article de blogue - Boîte à Vins
Décompte Facebook du 24 mars 2021.

Le cogneur

Lazy & co. a connu un dénouement différent de celui de la Boîte à Vins. À l’origine, Lazy est une friperie qui sert également de salle de concert intime. Le propriétaire de la friperie multiconcept, François Berthiaume, annonce son principal défi à travers lequel la majorité des entreprises peut se reconnaître: avoir des clients. Pendant des mois, le magasin a dû fermer perdant ainsi de précieuses ventes que M. Berthiaume espère rattraper cet été, période la plus achalandée. Même si la réouverture de février dernier a pu faire sortir de l’ombre Lazy & co., l’offre ne se traduit pas nécessairement en demande. Le télétravail domine et les sorties se font rares, observe François Berthiaume. L’envi de s’acheter des vêtements est bien moins présente chez les clients qui préfèrent davantage s’habiller en « mou ».  

Friperie du Lazy & co.

Le propriétaire a profité de cette période tranquille pour effectuer des travaux de construction pour ouvrir une nouvelle succursale dans le quartier Hochelaga de Montréal. Pour Lazy & co., la pandémie n’est pas ce qui va freiner son élan de croissance. Les affaires continuent à rouler et de nouveaux articles continuent d’entrer chaque semaine, slogan qu’on peut voir sur sa page Facebook. D’ailleurs, Lazy & co. utilise ses pages de réseaux sociaux comme vitrine pour afficher ses nouveaux arrivages et ses produits vedettes. En plus, l’entreprise utilise judicieusement les catégories de story Instagram présentant d’une part les gens qui portent fièrement les vêtements de la friperie et d’autre part les performances musicales des artistes à découvrir.

Article de blogue - Lazy & co
Décompte Facebook du 24 mars 2021.

Le contre-attaquant

Alex Morency, directeur des ventes et opération du groupe Centre du rasoir témoigne d’une tout autre réalité. Les clients ne manquent pas à l’appel, même que l’interviewé précise que « [son] grand défi reste de répondre à la demande très forte des catégories de produits ». La pandémie a eu pour effet d’entraîner des difficultés d’approvisionnement. Résultat? L’impact s’est fait sentir sur l’inventaire en magasin. Qui dit moins de produits, dit moins de choix pour les clients. Selon le directeur des ventes et opération, cette situation créerait un effet de rareté apportant des modifications aux habitudes de consommation des clients. Alex Morency remarque que ses clients font plus d’achats sous le coup de l’émotion. Ils ont tendance à acheter dans l’immédiat et de manière plus spontanée vu le faible inventaire ne garantissant pas une disponibilité des produits, et ce, quitte à ce que les articles soient plus chers. De plus, avec le confinement, on a pu constater la tendance du bien-être chez soi. Les gens redécouvrent leur maison et de là naît le besoin d’être confortable dans un environnement où nous passons la majorité de notre temps. Les gens veulent donc s’équiper pour pouvoir pleinement en profiter et se retrouvent au Centre du rasoir pour trouver des produits du quotidien de qualité.

Mais les problèmes d’approvisionnement ne font pas pour autant obstacle au Centre du rasoir, qui pour les contrer, s’est tourné vers son équipe d’achat. Cette dernière se concentre à établir des relations d’affaires avec une plus grande variété de fournisseurs. Diversifier son catalogue de fournisseurs permet notamment de diversifier le catalogue de produits, au grand bonheur des clients. Pour se démarquer de la concurrence, le Centre du rasoir choisit de faire affaire avec des fournisseurs dont les produits ne se vendent pas ailleurs par désir d’exclusivité. Au lieu de dépendre de ses fournisseurs, le Centre du rasoir a saisi l’occasion de développer des produits maison. Ces initiatives sont la preuve même de l’intelligence d’affaires du Centre qui a tout à gagner d’être proactif.

Article de blogue - Centre du rasoir
Décompte Facebook du 24 mars 2021.

Le combattant​

Un dernier domaine qui fait preuve de résilience, et non le moindre, celui de la restauration. Marco Sanschagrin, le propriétaire du Dooly’s Neufchâtel s’est entretenu avec l’Agence Bunji pour en parler. Pour avoir été fermé pendant 9 mois, le bar sportif ne pouvait pas s’en tenir seulement aux subventions gouvernementales pour survivre. Le Dooly’s a changé sa formule de service aux tables pendant la durée de la fermeture pour un service de livraison de commandes. La livraison est une source de revenu mais aussi une manière de garder contact avec sa clientèle. Le Dooly’s Neufchâtel lui accorde une telle importance que le propriétaire en personne est allé à la rencontre de ses clients lors de la livraison de commandes. « On se bat pour se réinventer. Les plus créatifs restent, et j’aime croire que je fais partie de ceux-là », exprime Marco Sanschagrin.

Bar du Dooly’s Neufchâtel

Le propriétaire a utilisé une technique de production de contenu sur les réseaux sociaux bien connue pour augmenter son taux d’engagement, celle de la présentation des coulisses de l’entreprise. Sur la page Facebook du Dooly’s Neufchâtel, on peut y voir des photos prises au moment de préparer des boîtes de repas pour emporter, ou d’autres présentant les personnes qui ont commandé avec leur commande en main au pied de leur porte d’entrée. Pour augmenter sa portée, le Dooly’s Neufchâtel diffuse du contenu sur les pages Entreprise et personnelles Facebook des employés et du propriétaire. Cette manière de faire aide notamment à atteindre une plus grande audience et ainsi augmente la portée des publications.

Article de blogue - Dooly's neufchâtel
Décompte Facebook du 24 mars 2021.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email